28 août 2021 by Cel 0 Comments

Mon livre de cuisine pour jeunes enfants sur le goûter

Je dois vous avouer, je suis une grande créative passionnée de cuisine, mais aussi de bien d’autres choses : dessins, aquarelle, poterie il y a quelques années … Bref, quand je ne trouve pas quelque chose, je le crée moi-même ! C’est comme cela que cette fabuleuse aventure à commencer. J’aime apprendre à cuisiner aux enfants de la terre à l’assiette et à leur faire découvrir une cuisine de saison, variée, équilibrée et gourmande.  Pour cela, j’aime utiliser les histoires et les jeux. Je suis aussi fortement influencée par l’approche Montessori, il est important pour moi de donner aux enfants de l’autonomie en cuisine dès tout petits.

Mais j’ai très souvent été déçue par les livres que je trouvais : des recettes illustrées mais qu’avec des ingrédients trop raffinés ou sucrés, des recettes équilibrées, mais avec un visuel peu adapté pour de jeunes enfants, etc. Bref, j’ai choisi de créer moi-même, illustrer et auto-éditer un livre de cuisine, enfin adapté aux jeunes enfants de 3 à 8 ans, avec des recettes illustrées adaptées développant l’autonomie en cuisine. Les enfants sont accompagnés dans leur découverte de la cuisine par deux p’tits lutins, Zélie et Zoar, qui vont les sensibiliser de manière ludique à cuisiner un goûter équilibré et réduire leurs déchets. 

Curieux de découvrir ce livre ? Je laisse justement les deux p’tits lutins vous le présenter et on se retrouve juste après …

Une histoire de p’tits lutins pour faire découvrir la cuisine aux enfants

Vous l’aurez compris en regardant cette vidéo, le premier ingrédient pour susciter la curiosité des enfants, ce sont de petits personnages Zélie et Zoar, les lutins de la cuisine. Ils vont venir raconter une histoire aux enfants et distiller leurs conseils au fil des recettes, aidés par le peuple féérique de la nature.

Un livre pour apprendre à cuisiner en autonomie aux jeunes enfants de 3 à 8 ans

Cela a été vraiment le point de départ de cette aventure : élaborer des recettes pour des enfants non-lecteurs ou peu à l’aise encore avec elle. Comment permettre à ces enfants de suivre une recette, quasiment sans l’aide des parents  ? Après différents tests (auxquels certains lecteurs ont participé d’ailleurs, merci !), j’ai fait le choix de détailler le déroulé en pas-à-pas photographiques, pour permettre à l’enfant de visualiser facilement toutes les tâches à effectuer.
 
Autre astuce des plus importantes, lenfant na pas besoin de peser, les ingrédients sont mesurés grâce à une tasse-étalon (comme pour le gâteau au yaourt) ou bien une grande ou petite cuillère.
Lenfant est ainsi pleinement encouragé à développer son enfant en cuisine dès le plus jeune âge : 
  • Dès 3 ans, l’enfant sera assisté de son parent (oui, ce dernier devient le commis !), pour s’assurer de bien comprendre les consignes, mais ce dernier pourra rester en retrait pour la plupart des gestes à effectuer. 
  • Dès 6 ans, l’enfant pourra effectuer une recette pratiquement seul, avec l’aide ponctuelle de ses parents.
Ainsi, cela permet une utilisation évolutive du livre de 3 à 8 ans (et même plus, je l’utilise aussi).

Des recettes saines de goûter bonnes pour la santé et la planète

J’en avais vraiment marre des recettes pour enfants « classiques », c’est-à-dire trop sucrées, avec de la farine blanche et beaucoup de beurre, alors qu’on sait aujourd’hui que ce ne sont pas des aliments bons à consommer quotidiennement.  

C’est pourquoi, j’ai élaboré des recettes avec une diversité de sucres et de céréales utilisés, ainsi que des ingrédients peu raffinés. Toutes les recettes du livre sont également sans PLV pour les petits allergiques. L’idée est de ne pas voir cela comme une contrainte, mais comme une ouverture à la diversité de la cuisine : faisons-la découvrir aux enfants !

Des ingrédients sains

Une boite à goûter plutôt qu’un emballage plastique : sensibiliser au zéro-déchet

Zélie et Zoar vont raconter un autre avantage de faire son goûter maison : cela permet d’éviter les emballages et sur-emballages des goûters industriels, mangés en 5 minutes, mais dont l’emballage va mettre plus de 100 ans à se dégrader ! Et si on faisait son goûter soi-même régulièrement, à mettre dans une petite boite pour l’emporter à l’école ? 

La box du goûter

À l’occasion de la sortie du mon livre, je me suis associée à ma partenaire Stéphanie de Les baby’s, pour vous proposer une box du goûter avec les essentiels pour être bien équipés Elle réunit une gourde et une boite à goûter en inox des Baby’s et le livre de recettes des p’tits lutins de Cel, à table ! J’ai pu tester et éprouver les boites et gourdes avec mes miss, elles sont tops et très pratiques pour les petites mains. La lunch box et la gourde sont en acier inoxydable, aussi jolies que pratiques et solides, les accessoires à goûter vont pouvoir accompagner les goûters des enfants pour de longues années.

Retrouvez ...

Un livre qui met en évidence la place des fruits au goûter

Au goûter, c’est le moment où le corps a besoin de (bons) sucres et le digère bien, alors autant en profiter ! 
 
La place des fruits au goûter est donc mis en avant par :
  • des recettes simples, pour apprendre à cuisiner les fruits, crus ou cuits, en compote ou en muffins,
  • des cartes de tous les fruits à découper,
  • des propositions de jeux associant cartes et fruits pour apprendre en s’amusant, comme dans ce jeu par exemple.
En jouant, manipulant, associant, l’enfant apprend à les reconnaître et les apprécier. 

Pour les parents, les éléments clés d’un goûter équilibré

Ce livre est conçu pour les enfants, mais j’ai réservé quelques pages aux parents, pour décrypter les secrets d’un goûter équilibré : quelles familles d’aliments privilégier ? Quels ingrédients choisir ? Fruits ou compote, est-ce la même chose ? Vous saurez tout !

Voilà, j’espère que cet article pour vous faire découvrir mon nouveau livre aura aiguisé votre curiosité. C’est le résultat de plusieurs mois de travail et j’espère qu’il vous plaira …

Vous pouvez le retrouver dans ma boutique ou dans la box complète avec la boite à lunch et/ou la gourde chez les Baby’s en cliquant sur une des images ci-dessous 👇

livre de recette des p'tits lutins : je cuisine moi-même mon goûter
Le livre des recettes des p'tits lutins à retrouver dans la boutique Cel, à table !
La box du goûter à retrouver dans la boutique de Les baby's

étape 5 gouter
1 avril 2020 by Cel 6 Comments

Le secret d’un goûter équilibré pour les enfants (… et toutes mes recettes de gâteaux sains fait-maison)

Le goûter, un repas obligatoire ? 

En soi, le goûter n’est pas obligatoire, il s’agit avant tout d’écouter sa faim, comme pour tous les repas. 

Il présente plusieurs avantages, liés à la chronobiologie de notre corps ⏰. Celle-ci permet d’observer les productions d’hormones et d’enzymes, en fonction des besoins de notre corps à différents moments de la journée. Vers 16-17h, la fatigue de fin de journée arrive et les besoins en sucre commencent à se faire sentir. Si l’on n’en apporte pas, il risque d’être difficile de tenir jusqu’au repas du soir : cela signifie soit grignotage avant le repas, soit gros repas car on a très faim, alors que cela devrait être un repas léger pour favoriser la digestion et le sommeil.

Voici en détail les intérêts du goûter : 

Répondre à l’envie de manger sucré à un moment où le corps le gère le mieux

Cela ne signifie pas se jeter sur n’importe quoi, mais il s’agit aussi d’éviter les frustrations qui peuvent amener à des excès inverses ! Autant, le sucre n’est pas conseillé à certains repas, je pense au petit-déjeuner notamment. Autant, à condition d’être des sucres intéressants nutritionnellement (j’y reviens plus bas), notre corps sait bien l’absorber à ce moment de la journée. En effet, la production d’insuline sera moindre à ce moment de la journée, ce qui permettra d’éviter un pic de glycémie en suivant. 

Éviter le grignotage avant le repas du soir

Le goûter, qu’il soit pour les adultes ou les enfants, n’est pas à voir comme un grignotage ou de la compulsion alimentaire. C’est un vrai repas, qui peut permettre de limiter le grignotage le soir. Nous connaissons tous pour nous les adultes, le pseudo-apéro en préparant le repas, non ? Ou les enfants qui nous tournent autour très tôt, alors qu’on est encore en train de préparer à manger ? Ces grignotages sont rarement sains !

Alléger le repas du soir

Pourquoi ? Notre corps a normalement été bien nourri pendant la journée, il sécrète donc bien moins d’enzymes digestives. C’est ce qui fait qu’on digère difficilement un repas trop riche le soir. En prenant un goûter, on a obligatoirement moins faim le soir, ce qui permet d’alléger ce repas !

Aider à dormir

Comment prendre un goûter pourrait nous aider à dormir 😴?! L’apport de glucides en fin de journée permet la synthèse d’un neurotransmetteur, la sérotonine. Elle permet le retour au calme en fin de journée. C’est également le précurseur de la mélatonine, hormone qui permet l’endormissement et garantie un sommeil réparateur. 

On le voit, que cela soit pour les enfants ou les parents, le goûter n’est pas un repas à diaboliser, loin de là !!! Par contre, même si notre corps a besoin de sucre à ce moment de la journée, ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi … Alors, un goûter sain, qu’est-ce que c’est ? 

Le secret d'un goûter sain pour les enfants (... et toutes mes recettes de gâteaux sains fait-maison)

Un goûter sain, qu’est-ce que c’est ?

Équilibrer les repas de la journée

Le goûter peut permettre d’introduire des catégories d’aliments non ou peu consommés aux autres repas de la journée. Comment mangent vos enfants à midi ? 

  • Mangent-ils beaucoup de féculents et de pain ? Réduisez alors la place des céréales et privilégiez des aliments riches en protéines et en gras (oléagineux par exemple).
  • Ils ne mangent pas de fruits aux autres repas ? Proposez alors un fruit pour commencer le goûter, surtout qu’ils se digéreront mieux isolés des gros repas.
  • Ils mangent peu de produits laitiers (et ils les digèrent bien) ? Vous pouvez proposer au goûter du fromage ou un yaourt, de préférence de chèvre et de brebis. Veillez simplement à ne pas dépasser 2 produits laitiers par jour.

Vous comprenez le principe ? Les propositions suivantes sont donc à adapter en fonction de ce que mangent vos enfants aux autres repas.  

Un principe de goûter à adapter

1/ Un fruit d’abord

Comme je l’ai dit plus haut, manger un fruit au goûter est intéressant s’il n’y en a pas forcément aux autres repas ou sous une autre forme (cru/cuit). De plus, commencer par manger un fruit, riche en fibres, permet d’amener un peu de satiété, et donc de moins se jeter sur les aliments qui suivront. 

Manger un fruit pour le goûter
  • Les fruits frais et entiers sont à privilégier car ils conservent tous les nutriments et les fibres des fruits. À manger entier, car la mastication va favoriser la sensation de satiété. Cela peut-être aussi des bâtonnets de légumes pour les enfants appréciant cela.
  • Les fruits secs concentrent la plupart des nutriments des fruits et sont riches en sucres. Ils sont donc très intéressants nutritionnellement, mais sont aussi de petites bombes énergétiques à consommer en quantité raisonnable. Par exemple, 3 abricots secs, dattes ou figues, une petite poignée de raisins secs. 
  • Les compotes sont moins intéressantes, car elles contiennent moins de vitamines et de fibres. Elles restent néanmoins une alternative intéressante à consommer occasionnellement (2-3 fois par semaine). Veiller alors à choisir des compotes sans sucre ajouté, si possible fait-maison, en les cuisant à la vapeur douce et en conservant la peau des fruits (obligatoirement bio) pour préserver le maximum de nutriments. 
  • À éviter : les jus de fruits ! Savez-vous que les jus de fruits sont maintenant classés avec les autres boissons sucrés, comme les sodas, dans les recommandations du PNNS ? Ils sont donc considérés comme des aliments à limiter. Pourquoi ? Ils sont pauvres en fibres et en nutriments. Pour autant, les enfants aiment souvent les jus de fruits, alors comment pouvons-nous faire ? Avoir recours aux jus de fruits de manière occasionnelle et non quotidienne. Privilégier les jus pressés maison, les smoothies et les 100% pur jus. Fuir tous les autres jus … qui n’ont plus rien à voir avec du fruit.  

🌟 Astuce pour l’école, la garderie ou la nounou : Si votre enfant est petit, qu’il n’y a personne pour lui couper sa pomme ou sa poire et qu’il n’aime pas croquer un fruit entier (ou que le fruit n’est pas bio), vous pouvez le matin même préparer les tranches de fruits et les arroser de jus de citron. Cela permettra de limiter l’oxydation du fruit jusqu’au goûter. 

Pour aller plus loin : retrouvez ici mes 4 astuces pour aider les enfants à manger des fruits

2/ Un aliment rassasiant intéressant nutritionnellement

Le goûter ne se résume pas à un gâteau ! D’ailleurs, je trouve cela bien d’habituer les enfants à ne pas en avoir un systématiquement. D’abord, nutritionnellement, ce n’est pas forcément l’idéal quotidiennement. C’est aussi se mettre une pression formidable d’avoir toujours des gâteaux sains et fait-maison, quand on veut maîtriser la qualité nutritionnelle de ceux-ci ! Je vois en effet beaucoup de parents chercher à faire des gâteaux pour tous les goûters de la semaine, en se rajoutant une tâche supplémentaire à toutes les choses à faire ! Hors, il existe différentes alternatives, pour avoir des aliments rassasiant au goûter :

  • Un mélange d’oléagineux et de fruits secs : une poignée d’amandes, de noisettes, de noix de cajou avec des raisins, des figues ou des abricots secs. 
  • Une tartine de bon pain au levain (cf. cet article pour bien le choisir) ou un pancake, avec du chocolat noir (minimum à 70%), une purée d’oléagineux, un beurre de fruits ou des tranches de fromage à pâte dure (type tomme de brebis ou de chèvre par exemple). 
  • Un gâteau peu sucré, si possible, fait-maison, en variant les types de sucre et de farines utilisées, en veillant à l’apport de bon gras et de protéines, qui ralentiront l’absorption du sucre et participeront aux apports de la journée.
proposition de boîtes de goûter pour les enfants
6 propositions de goûter hivernales (c’est pour ça qu’il y a beaucoup d’agrumes … quand j’ai mis une poire ou un pomme, cela a été dans 2 boîtes séparées à cause du jus de citron)

3 astuces d’organisation pour un goûter sain quotidien

Renouveler et diversifier les fruits (et légumes) à disposition

Voici quelques idées selon les saisons :

  • Printemps : fraise, pamplemousse, orange, rhubarbe (cuite), carotte primeur, radis, petit-pois ou fève (à la croque au sel), fenouil, concombre (+banane)
  • Eté : prune, pêche, abricot, figue, cerise, framboise (et tous les petits fruits rouges), tomate cerise, melon, pastèque, concombre, radis, carotte primeur (+banane)
  • Automne : raisin, pomme, poire, coing (cuit), kaki, figue, prune, châtaigne, carotte (+banane)
  • Hiver : clémentine, orange, pamplemousse, kiwi, pomme, poire, carotte (+banane)
corbeille de fruits

🌟 À noter : j’ai volontairement mis les bananes entre parenthèse, car c’est un fruit exotique … qui vient de loin (bien plus que les agrumes d’hiver provenant de Corse ou d’Espagne). Pour autant, les enfants les adorent et elles sont intéressantes nutritonnellement ! De mon côté, j’en achète occasionnellement quand la diversité de fruits locaux est faible (surtout l’hiver et au printemps donc), mais j’ai arrêté d’en acheter chaque semaine. J’essaye également de privilégier celles venant des Antilles. À vous de voir ce que vous privilégiez …  

Avoir des placards d’épicerie bien remplis avec les « indispensables » 

Que cela soit pour le goûter ou dans la cuisine quotidienne, ces ingrédients sont toujours dans mes placards :

  •  Oléagineux : amandes, noisettes (et des petites graines pour la cuisine : tournesol, courge, lin, sésame) et occasionnellement noix de cajou ou autres noix exotiques.
  • Fruits secs : raisins secs et canneberges (ça vient de loin, mais c’est mon pêcher mignon !). Ensuite, je tourne entre abricots, figues et bananes séchées.
  • Purée d’oléagineux : amande, noisette et cacahuète.
  • Chocolat noir pâtissier et chocolat noir de dégustation à minimum 70% (même pour les enfants).

Cela permet d’avoir toujours ce qu’il faut pour improviser un goûter, même sans gâteau !

mélange d'oléagineux et fruits secs
Mélange d’oléagineux et fruits secs

Congeler des gâteaux

Les gâteaux de type muffins, gâteaux au yaourt ou encore les pancakes se congèlent et se décongèlent parfaitement. Il s’agit donc de doubler les quantités au moment de cuisiner, pour en mettre une partie au congélateur : 

  • Pour les gâteaux entiers, couper en tranches et congeler en séparant d’une feuille de papier sulfurisé. À sortir la veille et mettre à décongeler tranquillement au frigo.
  • Pour les muffins, congeler les parts individuelles. À sortir la veille et mettre à décongeler tranquillement au frigo.
  • Pour les pancakes, les congeler en les séparant d’une feuille de papier sulfurisé. Ils peuvent être décongelés directement en les passant une ou deux fois au grille-pain.
gâteaux surgelés
Muffins surgelés (j’en remets 1 ou 2 dans la boite à chaque fournée)

guide gratuit


Lpetit-déjeuner Cel, à table !

Découvrez mes 8 recettes, des conseils et astuces pour un petit-déjeuner sain assurant le plein d'énergie jusqu'à midi !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour pouvoir télécharger votre guide. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à offrir une alimentation saine et gourmande à votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales.

3 principes pour un gâteau fait-maison ET sain

Je vois sur le net beaucoup de personnes persuadées de proposer un goûter sain aux enfants, car ils font des gâteaux maison. C’est en partie vraie, car on limite déjà les additifs ou ingrédients ultra-transformés utilisés par l’industrie agro-alimentaire. Par contre, si on continue à utiliser de la farine blanche, du sucre blanc et du beurre en grande quantité pour tous les gâteaux, on ne va pas y gagner beaucoup non plus en intérêt nutritionnel. Alors un gâteau fait-maison sain, qu’est-ce que c’est ? Cela pourrait se traduire par un mot : VARIÉTÉ !

Limiter et varier les sucres

Les recettes habituelles sont souvent très sucrées. Essayez de réduire progressivement. Souvent, on peut réduire la quantité sans s’en apercevoir au palais (jusqu’à 1/4 de sucre pour 3/4 de farine) ! Il s’agit aussi de varier les types de sucre, qui ont tous des intérêts (et des inconvénients) différents : sucre complet, miel, sirop d’érable, sirop d’agave, sucre de coco … Vous pouvez aussi utiliser les fruits frais ou secs et les compotes pour sucrer vos gâteaux. 

varier les sucres
Varier les types de sucre

Pour aller plus loin : retrouvez ici mon article sur le sucre & les enfants, comment lui redonner une juste place

Varier les farines

Préférer l’utilisation de farines au moins semi-complètes (voire complètes) qui seront plus riches en nutriments, car elles conservent une partie de l’enveloppe de la céréale. Éviter l’utilisation unique de farine de blé, car on sait aujourd’hui que l’hyper-sensibilité au gluten est en partie liée à notre forte consommation de variétés de blés modernes. Découvrez la fabuleuse variété des farines : blé ancien, petit et grand épeautre, sarrasin, riz, orge, etc. Vous pouvez aussi remplacer 1/3 à 1/2 de la farine de vos recettes par de la poudre d’amande ou de noisette pour réduire la part de glucides (je le fais très souvent). 

Varier les gras

Désolé pour les normands et les bretons, mais il n’y a pas que le beurre dans la vie ! Surtout que celui-ci a tendance à former des gras trans avec la chaleur. Donc le beurre, cru, c’est pour les tartines le matin ! Pour la cuisine, préférez donc l’utilisation de beurre clarifié (aussi appelé ghee), d’huiles (olive, tournesol oléique, coco) ou de purées d’oléagineux. Utilisez en alternance ces différentes sources de gras. 

Mon répertoire de recettes des gâteaux sains fait-maison

Maintenant que j’ai beaucoup causé, cela vous intéresse les recettes ?! Je mettrai ici toutes mes recettes de goûter au-fur-et-à mesure que je publie des recettes sur le blog. Cliquez sur l’image et vous tomberez sur la recette …

muffins du goûter
boules d'énergie coco-citron
Boules d'énergie coco-cacahuète et choco-noisette
cookies au pain sec
speculoos
Biscuits de Noël
petits gâteaux à la banane
cookies choco-sarrasin
crêpes châtaigne-amande
pain d'épices
marbré simple choco-vanille
pâte à tartiner choco-noisette
houmous sucré choco-coco
baguettes magiques aux fruits
sucettes de fruits

Sources des éléments nutritionnels : 

Stage sur les bases de l’alimentation santé durable, avec Emilie Borriglione, naturopathe de C’est si bon nutrition

« P’tits déj’ et goûters pauvres en sucres » de Magali Walkowicz, THierry Souccar Editions

enfant lèche chocolat
6 février 2020 by Cel 0 Comments

Le sucre et les enfants #2 : comment lui redonner une juste place ?

Après avoir fait le point sur les effets du sucre sur les enfants dans cet article, parlons astuces pratiques maintenant pour lui donner une place plus équilibrée dans l’alimentation.

Le sucre et les enfants : comment lui redonner une juste place ?

L’alimentation, vers un équilibre à trouver

Quantité & fréquence

Un aliment (même à IG élevé) n’est pas un problème en soi, il s’agit avant tout d’une question de quantité et de régularité dans la consommation de certains aliments. Manger exceptionnellement des bonbons ou des céréales sucrées n’est pas un problème, c’est quand cela devient quotidien que ça l’est ! De plus, certains aliments, au-delà d’un IG élevé, apporte des nutriments intéressants pour les enfants en pleine croissance (le miel, les dattes ou le sucre complet par exemple). Il s’agit de mettre chaque aliment à sa juste place !

Il faut manger un peu de tout et de tout un petit peu.

La relation à l’alimentation

Évitons également de présenter le sucre comme une récompense (et manger des légumes comme une obligation !). Il s’agit d’éviter de créer un rapport émotionnel aux aliments… c’est ce qui créé des troubles plus tard (comme se jeter sur une tablette de chocolat quand on est déprimé !). 

Vive la variété dans l’alimentation

Et la bonne nouvelle, je trouve, c’est que cela ouvre à une alimentation plus diversifiée. Testons de nouvelles céréales, de nouvelles associations, de nouvelles recettes … Utilisons des sucres naturels en pâtisserie. Prenons de nouvelles habitudes … pour apprécier la consommation exceptionnelle d’aliments plus sucrés ! Tout cela, c’est ce que je vous propose dans Cel, à table !

Apprendre à apprécier d'autres goûts
Apprendre à apprécier d’autres goûts

4 étapes pour donner une place mesurée au sucre

Étape n°1 : se déshabituer du goût sucré (pour les parents comme pour les enfants)

Diminuer progressivement la quantité de sucre dans les recettes (c’est comme le sel, il faut y aller progressivement pour s’habituer). Un repère ? L’idéal serait de ne pas dépasser 1/4 de sucre pour 3/4 de farine. 

Être à l’écoute de sa faim. Ne pas manger systématique de dessert par exemple.

Utiliser d’autres parfums pour relever/parfumer nos préparations : les épices (comme la cannelle ou le mélange 4 épices), les extraits naturels (de citron, d’orange ou de vanille), les huiles essentielles comestibles (menthe, cannelle, citron, orange, mandarine …). 

Utiliser des sucres naturels (sans que cela soit une excuse pour en manger plus 😉).

Cuisiner et manger avec plaisir des fruits
Cuisiner et manger avec plaisir des fruits

Étape n°2 : privilégier des céréales et sucres intéressants sur le plan nutritionnel, si possible à IG bas ou modéré.

Les céréales à privilégier, en variant au maximum : pâtes complètes al dente, quinoa, couscous complet, grains de petit épeautre ou d’orge mondé, kasha (grains de sarrasin toastés), riz basmati // Côté farine : farines complètes (blé, petit ou grand épeautre), farine d’orge mondé ou de sarrasin, son d’avoine.

sucre et enfants : décryptage et astuces

Les sucres à privilégier, en variant au maximum : fruits frais et fruits séchés // sucre de canne complet, sirop d’agave, miel (celui d’acacia en cuisine), sucre de coco, sucre de bouleau, sirop d’érable // chocolat noir à 85% de cacao.

NB : varier au maximum l’utilisation des différents sucres, pour profiter de leurs bienfaits et limiter l’impact de leurs défauts !

Étape n°3 : au petit-déjeuner, je fais comment ?

Le petit-déjeuner arrive après la longue période de jeune de la nuit (et oui, dé-jeuner, c’est-à-dire rompre le jeune !). Il permet de compenser une partie des dépenses de la matinée. Il ne doit pas être trop riche en glucides, pour éviter toute sensation de fatigue ou de faim vers 10-11h. Il s’agit donc de privilégier une énergie qui soit distribuée lentement à l’organisme. Malheureusement, de nombreux aliments proposés traditionnellement (pain blanc, biscottes, céréales toutes prêtes, jus de fruits…) sont composés de farines raffinées. Le son et le germe sont enlevés. Cela supprime les fibres et la plupart des nutriments, qui permettent une assimilation lente par l’organisme. À noter qu’il ne faut pas que des « bons glucides », le matin, notre corps a aussi besoin de « bons gras » et de protéines. Ils sont par exemple apportés par le beurre cru, les oléagineux comme les amandes, le fromage… 

Des barres de céréales maison, accompagnées d'une clémentine et d'un verre de lait d'amande
Des barres de céréales maison, accompagnées d’une clémentine et d’un verre de lait d’amande

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter mon dossier sur le petit-déjeuner ici ou ci-dessous. Il vous donnera 8 idées et plein d’astuces pour des petits-déjeuners variés et sains. 


guide gratuit


Lpetit-déjeuner Cel, à table !

Découvrez mes 8 recettes, des conseils et astuces pour un petit-déjeuner sain assurant le plein d'énergie jusqu'à midi !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour pouvoir télécharger votre guide. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à offrir une alimentation saine et gourmande à votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales.

Étape n°4 : au goûter, je fais comment ?

Évitons de donner invariablement des gâteaux au goûter par exemple. On peut proposer en alternative des fruits frais ou séchés, des oléagineux. Cela peut être aussi une petite tartine de pain au levain avec un peu de beurre, de miel ou de chocolat noir. Plus nous habituons tôt nos enfants à manger une clémentine et un mélange d’amandes et raisins secs plutôt qu’un gâteau industriel, plus cela deviendra naturel pour eux. (Je peux vous dire que ma grande miss prend beaucoup de plaisir et de gourmandise à picorer dans son bocal de noix et fruits séchés !). 

Si vous souhaitez faire un gâteau maison, pensez à remplacer sucre raffiné et farine blanche, par des sucres naturels en petite quantité (miel d’acacia, sirop d’agave, etc.) et des farines complètes (ou semi-complètes pour y aller progressivement), afin d’avoir un gâteau plus intéressant sur le plan nutritionnel. 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter mon dossier sur le goûter, ce repas qui préoccupe beaucoup de parents ! Vous y trouverez aussi toutes mes recettes de gâteaux fait-maison et sains pour le goûter !

Marbré sain et délicieux chocolat-vanille
Marbré sain … et délicieux !

enfant et corbeille de fruits
31 juillet 2019 by Cel 2 Comments

Comment faire manger des fruits aux enfants ?

On a tous entendu la règle de référence « manger 5 fruits et légumes par jour ». Oui, mais dans les faits, ce n’est pas si simple ! Nous nous posons souvent beaucoup de questions en tant que parents : un jus d’orange et une compote, ça compte comme un fruit ? Et les fruits secs aussi ? Pour le goûter à l’école, je fais comment ? Alors, j’ai décidé d’éclaircir ce sujet pour tous les parents qui se posent des questions. L’objectif ? Donner les principaux repères nutritionnels et mes astuces pour intégrer les fruits au quotidien dans l’alimentation des enfants. Vive les fruits !

Tous mes secrets pour faire aimer les fruits aux enfants

Quelques repères nutritionnels pour manger des fruits

Intérêts nutritionnels des fruits

Pourquoi est-il si recommandé de manger des fruits ? Car ils sont bénéfiques pour notre santé. En effet, ils sont :

  • Riches en antioxydants, ce qui aide la prévention des maladies chroniques.
  • Riches en fibres, ce qui prolonge la sensation de satiété et ralentis la montée de glucose dans le sang. C’est pour cela que même s’ils sont sucrés, les fruits ne provoquent pas de pic de glycémie, contrairement à d’autres aliments avec du sucre rajouté.
  • Riches en potassium. Celui-ci permet de diminuer le risque d’hypertension et il corrige le déséquilibre acido-basique de notre alimentation moderne. 
  • Leur indice glycémique est généralement bas ou modéré (cf. mon article sur le sucre ici).
corbeille de fruits colorées
Corbeille de fruits colorées … ça donne envie !

Les recommandations : quelles portions de fruits ?

Le PNNS (Programme Nationale Nutrition Santé) recommande 5 portions de fruits et légumes, dont environ 2 de fruits. « La meilleure façon de manger » (cf. source en fin d’article) recommande 3 à 4 portions par jour. À vous de voir comment se nourrit votre enfant, car l’équilibre alimentaire se joue sur la semaine et non sur une journée. Ce sont donc des repères à garder en tête, dans le cadre d’une alimentation diversifiée, sans en faire une règle absolu.

Repère

2 à 4 portions de fruits par jour

1 portion = 1 pomme =1/4 de melon = 3 abricots secs = 2 clémentines = 2 kiwis = 2 prunes

Les fruits secs sont-il aussi intéressants que des fruits ?

Les fruits secs sont déshydratés. De ce fait, ils concentrent les nutriments des fruits frais (à l’exception de la vitamine D). Ils ont une teneur en eau nettement abaissée, ils sont riches en sucres et sont donc très énergétiques. Ils sont très riches en minéraux et oligo-éléments (4 à 5 fois supérieurs à celui des fruits frais) : potassium, fer, magnésium, calcium, certaines vitamines, etc. Les fruits secs sont donc des aliments intéressants du point de vue nutritionnel, comme une portion peut fournir un grand pourcentage de l’apport quotidien recommandé de beaucoup de vitamines et de minéraux. Par contre, cela reste de petites bombes énergétiques, à consommer en quantité raisonnable. Voici quelques repères sur ce que vaut une portion de fruits secs :

  • 3 abricots secs 
  • 3 dattes
  • 3 figues
  • une petite poignée de raisins secs (soit 20 à 30g ou 1/4 de cup) 

NB : attention à choisir des fruits secs sans autre ingrédient que le fruit. Cela signifie sans sucre ajouté (notamment la canneberge) et sans conservateur (notamment l’E220 qui permet de garder les abricots orange … séchés, ils sont marron). 

fruits secs : abricots et raisin secs

Les faux-amis des fruits

Un fruit transformé n’est jamais l’équivalent d’un fruit frais, car la cuisson, le pressage ou le mixage lui font perdre une partie de ses intérêts nutritionnels. Quand on le peut, il vaut mieux privilégier un fruit frais qu’une compote ou un jus de fruit. Ceux-ci sont à réserver à une consommation occasionnelle et non journalière.

La compote, un recours possible à maîtriser

La compote, que nous tous, nous donnons facilement à nos enfants au goûter en se disant « il aura au moins mangé un peu de fruits », est donc un faux-ami. Le fruit, encore plus s’il est épluché, a une teneur bien plus faible en fibres et antioxydants. Il reste surtout le sucre du fruit. Les « pom’potes » et autres gourdes de compote à boire, qui se sont généralisées au goûter sont donc à éviter. Elles sont chères, si on compare le prix au kilo. Ces gourdes sont aussi désastreuses du point de vue écologique, tant elles se sont généralisées en quelques années. En effet, la composition complexe en multiples couches est difficilement recyclable.

Pour autant, la compote est bien utile à de nombreux parents au quotidien … alors, comment faire ?

  • Avoir recours à la compote de manière occasionnelle (2-3 fois par semaine par exemple) et non quotidiennement.
  • Privilégier les compotes maison réalisées avec la peau des fruits (à condition qu’ils soient bio) et cuites à la vapeur douce, qui préservera mieux les nutriments des fruits. Ou bien les compotes du commerce bio et sans sucre ajouté.
  • Utiliser des gourdes réutilisables (j’utilise celle-ci) pour le goûter à emporter : soit vous le remplissez avec votre compote maison, soit avec une compote du commerce acheté en bocal en verre (on en trouve souvent en bocal d’1L, recyclable ou pratique à re-utiliser lorsqu’on achète son épicerie en vrac).

Le jus de fruits n’est pas un fruit

Savez-vous que les jus de fruits sont maintenant classés avec les autres boissons sucrés, comme les sodas, dans les recommandations du PNNS ? Ils sont donc considérés comme des aliments à limiter. Pourquoi ? Ils sont pauvres en fibres et moins riches en nutriments. L’absence de fibre va entrainer une absorption rapide des sucres (qui eux sont toujours présents), ce qui signifie pic de glycémie, etc.

Pour autant, les enfants aiment souvent les jus de fruits, alors comment pouvons-nous faire ?

  • Avoir recours aux jus de fruits de manière occasionnelle et non quotidienne.
  • Privilégier les jus pressés maison, les smoothies et les 100% pur jus
  • Fuir tous les autres jus … qui n’ont plus rien à voir avec du fruit. 

 


guide gratuit


Lpetit-déjeuner Cel, à table !

Découvrez mes 8 recettes, des conseils et astuces pour un petit-déjeuner sain assurant le plein d'énergie jusqu'à midi !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour pouvoir télécharger votre guide. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à offrir une alimentation saine et gourmande à votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales.

Hidden Content

4 astuces pour aider les enfants à manger des fruits

À la lecture de ces recommandations nutritionnelles, nous comprenons qu’il faut donner à nos enfants le goût de croquer dans un fruit frais. C’est le plus intéressant nutritionnellement et le plus simple aussi. Alors, comment aider nos enfants à manger des fruits au quotidien ?

La visibilité et l’accessibilité dans la cuisine

Sur ce point, je parle vraiment de mon propre retour d’expérience : la corbeille de fruits est le seul aliment visible dans la cuisine et à disposition des enfants quasiment sans restriction. Sans l’avoir calculé, la tour d’apprentissage (cf. article ici sur ce drôle d’objet) est « rangée »  au bout du comptoir juste à côté de la corbeille de fruits. Si bien que ma petite miss, dès 1 an, venait croquer les fruits qui s’y trouvaient (je retrouvais mes poires avec des traces de dents de petite souris 😂). J’ai d’ailleurs confirmé cette hypothèse de visibilité et d’accessibilité des fruits, en changeant un jour la corbeille de place. L’effet ? Mes filles mangeaient beaucoup moins de fruits … Donc des fruits visibles et accessibles pour nos bambins !

tour d'apprentissage à proximité immédiate des fruits pour permettre à l'enfant de se servie seul
Tour d’apprentissage à proximité immédiate de la corbeille de fruits pour permettre à l’enfant de se servir seul

L’aliment autorisé en toute situation … ou presque

Ils ont un petit creux ? Un fruit. 

Ils ont faim avant le repas ? Un fruit (ou un légume si j’en ai prêt à être mangé). 

Au goûter ? Nous commençons par un fruit. 

Pour les enfants qui aiment BEAUCOUP les fruits, on pourrait croire qu’ils en mangeraient sans limite. Mais il s’agit de faire confiance à nos enfants, ils savent se réguler (bien mieux que nous !). Ma grande miss n’en abuse jamais. Ma petite … un peu plus, mais c’est un gros appétit. C’est signe tout simplement qu’elle a faim, quand elle vient picorer dans la corbeille (ce qui arrive souvent quand je prépare le repas). J’essaye alors de lui proposer des aliments adéquats pour commencer le repas avant nous : fruits ou légumes, en fonction de ce que j’ai prêt à être mangé. 

Fruits librement accessibles pour les enfants
Des fruits librement accessibles

Les fruits par le jeu

Pour les enfants un peu plus récalcitrant avec les fruits, proposer les fruits sous une forme ludique, voire lui faire manipuler lui-même les fruits, est un bon moyen d’en faire manger avec plaisir. Voici quelques propositions :

  • la baguette magique de fruits (cf. activité ici), 
  • les découpes à l’emporte-pièce (avec le melon ou la pastèque, comme pour la baguette magique ci-dessus),
  • les sucettes de fruits (cf. activité là),
  • ramasser soi-même les fruits, avec la cueillette à la ferme (cf. activité ici)
  • faire deviner les fruits (cf. découverte sensorielle des fruits ici),
  • faire une dégustation comparée de différentes variétés de fruits, ici la pomme,
  • faire choisir les fruits de la semaine au marché ou au primeur.
découper des fruits à l'emporte-pièce
Découper des fruits à l’emporte-pièce

Les fruits au goûter

À la maison, la règle est la suivante : le goûter commence par un fruit. Cela apporte des fibres et des nutriments dès le début du goûter, s’il n’y a pas eu de fruits encore à un autre moment de la journée. De plus, cela permet aussi de moins se jeter sur le gâteau (qui n’est pas systématiquement proposé au goûter). Mais pour le goûter à l’école, comment faire, notamment pour remplacer la gourde de compote ?

  • Acheter une petite boite à goûter, qui permettra d’y mettre des fruits sans qu’ils se retrouvent écraser. 
  • Choisir des fruits avec l’enfant, selon la saison : 2 abricots, une petite pomme, une  grappe de raisins, une banane, etc. 
  • Si ce sont des fruits qui s’oxydent et/ou que l’enfant ne sait pas manger entier, comme la pomme par exemple, vous pouvez les préparer le matin en tranches et arroser de jus de citron pour qu’ils se conservent jusqu’au goûter. 
  • Proposer un mélange de fruits secs et d’oléagineux. 
Goûter composé d'une clémentine et de deux gâteaux
Proposition de goûter l’hiver

👉 Pour aller plus loin : retrouvez-ici le secret d’un goûter équilibré pour les enfants (… et toutes mes recettes de gâteaux sains fait-maison)

Voilà, j’espère qu’avec tous ces éléments, les fruits prendront une belle part dans votre alimentation et surtout que vos enfants en mangeront avec plaisir, car c’est surtout cela qui est important ! Et vous, les fruits et les enfants, comment cela se passe à la maison ? Si vous avez des astuces, je suis preneuse. N’hésitez pas à me raconter en commentaire … 

Sources des références nutritionnelles : « La meilleure façon de manger », De Thierry Souccar et Angélique Houlbert, Thierry Souccar Editions, Programme National Nutrition Santé

répartir le mélange chocolat
18 novembre 2018 by Cel 0 Comments

Un marbré d’anniversaire sain et facile à cuisiner avec votre enfant

Offrir un gâteau d’anniversaire

Ce week-end, nous fêtions le premier anniversaire de ma petite miss ! Sa grande soeur a proposé d’elle-même : “c’est nous qui faisons le gâteau avec Maman ! “. Cela m’a fait très plaisir pour plusieurs raisons :

  • Elle a spontanément proposé de cuisiner, alors que pour tout vous dire, elle refusait net mes propositions il y a un mois ! Cela me faisait un peu mal au coeur, j’essayais de laisser courir en me disant qu’elle y reviendrait d’elle-même (en appliquant le fameux lâcher prise dont je vous parlais ici, si difficile en tant que parent). Comme quoi, en laissant faire, des occasions se présentent à nous, l’air de rien ! Cela montre aussi que l’intégrer régulièrement en cuisine et dans la planification des repas porte vraiment ses fruits progressivement (voir article ici) : elle sait qu’elle participe à la cuisine de la maison (et qu’elle passe aussi un moment seule avec sa maman !).
  • Elle a vraiment tenu à choisir et faire le gâteau pour sa soeur et ça, en tant que parent, ça fait vraiment plaisir de voir la complicité et l’amour entre nos enfants se développer ! C’est son cadeau à elle, qu’elle a pu faire presque toute seule : le cadeau « fait maison » a une grande valeur à mes yeux, autant pour celui qui le fait que celui qui le reçoit. Même si mes filles sont trop petites pour en saisir le sens, ça me semble important qu’elles commencent à intégrer cela en faisant tout simplement (d’autant plus dans le contexte consumériste dans lequel on se trouve). Mais en écrivant, je me faisais la remarque : les enfants en sont peut-être déjà conscient, quand on voit le plaisir qu’ils ont à nous faire de petits cadeaux : dessins, collage, bricolage … c’est en grandissant qu’on s’en éloigne si on n’est pas manuel, non ?
Recette du marbré facile et sain à cuisiner avec votre enfant

Un gâteau chocolat-vanille ? Un marbré sain et facile !

En demandant ce qu’elle souhaitait faire comme gâteau, ma grande miss répond chocolat et vanille (quelle surprise, c’était déjà le cas ici !). Nous feuilletons différents livres, parcourons mon tableau Pinterest sur les gâteaux sains (n’hésitez pas à aller voir ici !). Elle a finalement choisi un cake à la poudre d’amande et pépites de chocolat trouvé chez Megalowfood ici, mais en faisant le tour des placards, le stock de pépites de chocolat est au plus bas ! Pas le temps d’en racheter, j’ai donc choisi d’adapter la recette … transformée en marbré, comme j’avais du cacao sans sucre. On y retrouve bien les deux composantes chocolat et vanille demandées initialement. De plus, c’est un gâteau facile, relativement sain et un peu « magique » à faire faire aux enfants :

  • Il demande des manipulations nécessitant observation et maîtrise de soi : prélever en alternance dans les deux préparations (sans en mettre partout !), répartir la pâte de manière régulière dans le moule, observer les dessins de la pâte lorsqu’on verse une nouvelle cuillère (la nouvelle pâte à tendance à « repousser » la précédente), etc.
  • C’est un peu magique, car quand on le réalise, c’est difficile de se rendre compte du « dessin » que cela va réaliser quand on va couper dans la tranche, même pour nous adultes. Alors, c’est la surprise pour tout le monde quand on coupe le gâteau de voir les marbrures que dessinent les deux pâtes !
Répartir le mélange vanillé
Répartir le mélange vanillé

Une recette illustrée 

La recette illustrée du marbré
La recette illustrée du marbré

J’ai à nouveau tenté (comme ici) la recette illustrée pour permettre plus d’autonomie en cuisine. C’est une recette expliquée en dessin et schéma pour permettre une plus grande autonomie à l’enfant. Cela permet à l’enfant d’être plus actif je trouve et donc de mieux comprendre les différentes étapes de préparation de la recette. Cela met notamment en évidence les chiffres (compter le nombre de cuillères à mettre, surveiller la balance pour voir les chiffres qui doivent s’afficher, etc.), ce qui plait beaucoup à ma grande miss, très sensible à cela en ce moment (4 ans). Pour cette recette simple, je pense que je la retravaillerai pour qu’elle soit réalisable avec des « cups » (ou tasses à mesurer) pour les plus petits. Si ça vous intéresse, vous pouvez la télécharger dans l’espace-ressource ci-dessous.  

Papa, Maman, je veux cuisiner !

... mais pas si facile de faire une place à votre enfant dans la cuisine ?

Pour des p’tits cuistots autonomes et heureux en cuisine, accédez à l’espace ressource Cel, à table ! pour télécharger gratuitement mes supports d'apprentissage adaptés aux enfants. 

Votre enfant apprendra :

  • Les bases à mettre en place avant de cuisiner
  • Des gestes techniques de cuisine
  • Des recettes illustrées pour cuisiner en autonomie
  • La cuisine, c'est aussi s'amuser !

Vous recevrez également motivation et inspiration culinaire dans votre boite mail, pour faire de la cuisine un plaisir quotidien avec votre enfant !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour accéder à l'espace ressource. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à cuisiner avec votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales..

Hidden Content


La recette de marbré d’anniversaire sain et facile

A noter que l’ensemble de la recette peut être réalisé par l’enfant, sauf mention contraire dans les explications. Ces recommandations sont à ajuster en fonction de l’âge et des compétences des enfants.

Les ingrédients :

  • 100g de poudre d’amande
  • 150g de farine d’épeautre T130 (ou de farine de blé T130)
  • un demi sachet de levure
  • 3 oeufs
  • 1 yaourt (de vache, de brebis ou de soja)
  • 130g de miel d’acacia
  • 4-6 cuillères à soupe d’huile (de noix ou d’olive)
  • 4 cuillères à soupe de cacao (sans sucre)
  • 1 cuillère à café de poudre ou d’extrait de vanille
  • une poignée d’amandes effilées pour la décoration

Zoom sur … l’utilisation du miel : J’ai choisi de sucrer le gâteau avec du miel, car il est bien plus intéressant que du sucre blanc :

→ Il a de nombreuses propriétés médicinales (antimicrobien, antibiotique naturel, énergisant, reminéralisant, etc.) et nutritionnelles (vitamines, minéraux, acides aminés), même s’il perd la plupart à la cuisson. Ne pas hésiter donc à l’utiliser sur les tartines du petit-déjeuner ou pour sucrer légèrement un yaourt. 

→ Le miel d’acacia est le seul miel à avoir un index glycémique bas, c’est-à-dire qu’il va libérer le sucre dans le sang progressivement.

→ Il apporte du moelleux aux gâteaux et son parfum léger évidemment.

→ Il a un pouvoir sucrant plus élevé que le sucre (100g de sucre équivaut à 70g de miel environ).

→ Il reste cependant assez cher. C’est pourquoi (entre autres) j’alterne les alternatives au sucre : sirop d’agave, muscavido, sirop d’érable, compote ou fruits secs, etc. 

NB : à noter que le miel est déconseillé avant 1 an, car il pourrait générer le botulisme infantile.

Source : Mes bons desserts aux sucres naturels, de Marie Chioca et Delphine Paslin, Editions Terre Vivante


Les étapes :


1/ Mélanger les ingrédients « secs »

→ Peser dans le saladier 100g de poudre d’amande

→ Peser dans le saladier 150g de farine d’épeautre

→ Verser dans le saladier un demi-sachet de levure

→ Mélanger

utiliser la balance pour un enfant
Utiliser la balance : pour les enfants les plus petits, vous pouvez détailler le nombre en énonçant les chiffres à voir sur la balance : « il nous faut un 1, un 0 et un 0 ». Lorsqu’ils commencent à avoir des notions de dénombrement (comme c’est le cas pour ma grande miss), cela leur permet de savoir quand ils sont proches du poids à obtenir.


2/ Mélanger les ingrédients « humides »

→ Faire un puits au centre du mélange sec

→ Casser 3 oeufs et les déposer dans le puits

Apprendre à casser délicatement des oeufs
Apprendre à casser délicatement des oeufs

→ Verser un yaourt

→ Mélanger soigneusement pour incorporer la farine sans faire de grumeaux

→ Verser 120g de miel 

→ Mélanger à nouveau

→ Verser 4 cuillères à soupe d’huile (cela a été plutôt 6 pour nous, c’est difficile de verser dans une cuillère à soupe !)

→ Mélanger vigoureusement jusqu’à obtenir un appareil homogène


Verser « à l’italienne », c’est-à-dire en tenant deux récipients en l’air : c’est un geste courant en cuisine, mais pas si facile à maîtriser. Hors séance de cuisine, on peut proposer à l’enfant de s’entraîner avec deux carafes par exemple. Lorsqu’il maîtrisera ce geste, on peut lui proposer de doser à l’aide d’une cuillère à soupe du sucre (ou autre ingrédient sec) avec un bec verseur. Et enfin, on lui proposera des ingrédients liquides. 

apprendre à mesurer dans une cuillère
apprendre à mesurer dans une cuillère

Zoom sur les grumeaux : apprendre de nos erreurs.

Nous avons eu ce qui arrive à tout cuisinier un jour ou l’autre : des grumeaux ! On apprend aussi en se trompant, n’est-ce pas ? Je pense que c’est parce que ma grande miss a commencé à mélanger les oeufs avec la farine, puis a mis tous les autres ingrédients humides. Nous avons résolu le problème en fouettant énergiquement au fouet à tour de rôle. Du coup, elle a trouvé ça rigolo ! Sinon, voici quelques astuces. Tout d’abord, mélanger progressivement ingrédients secs et humides (c’est pour ça que je vous l’ai rajouté dans les étapes).On peut également tamiser la farine, à l’aide d’un tamis ou d’un chinois ou bien passer la pâte au blender.

Mélanger énergiquement pour faire disparaître les grumeaux !
Mélanger énergiquement pour faire disparaître les grumeaux !


3/ Parfumer la pâte

→ Verser la moitié de la pâte dans un second saladier

→ Dans le premier saladier, ajouter 4 cuillères à soupe de cacao

compter les cuillères de cacao
Compter les cuillères de cacao

→ Dans le deuxième saladier, ajouter 1 cuillère à café de vanille

mesurer la poudre de vanille
Mesurer une cuillère à café de poudre de vanille

→ Mélanger vigoureusement


4/ Former le cake marbré

→ Beurrer soigneusement un moule à cake (ou chemiser avec du papier cuisson pour faciliter le démoulage)

→ Avec une grosse cuillère, type tasse ou « cup », prélever de la pâte au chocolat

prélever le mélange au chocolat
Prélever le mélange au chocolat à la “tasse à mesurer”, facile à manipuler pour l’enfant

→ Verser de manière à recouvrir le fond du plat

→ Avec une autre cuillère, prélever de la pâte à la vanille

→ Verser de manière à couvrir en grande partie la pâte au chocolat

→ Recommencer en alternant la pâte au chocolat et celle à la vanille

répartir le mélange au chocolat

→ Pour décorer, parsemer d’amandes effilées

→ Mettre à cuire 180°C 40min. Vérifier en plantant la lame d’un couteau, qui doit ressortir sèche (par un adulte)

→ Laisser refroidir avant de déguster

Marbré sain et délicieux chocolat-vanille
Marbré sain … et délicieux !

Verdict ?! Tout le monde a beaucoup aimé le gâteau, y compris la petite miss dont c’était l’anniversaire ! Peu sucré et moelleux, c’est un délice quand on croque dans les morceaux parfumés au chocolat ! À accompagner éventuellement d’une compote ou d’une petite crème maison (ou d’un thé pour les grands). Je l’ai sauvé à temps pour en faire quelques photos !

Et vous, quelle est la recette du premier gâteau d’anniversaire de vos enfants ?

 

mélanger chocolat et amande
30 septembre 2018 by Cel 0 Comments

La recette du fondant au chocolat-citron cuisinée par mon enfant

Choisir sa recette

Lors de notre petit moment de planification du menu le week-end dernier, j’ai proposé à ma fille de cuisiner un dessert cette fois-ci. N’achetant plus de gâteaux (voir la raison dans cet article), cela faisait quelques semaines (oui, oui!!!) que nous n’en avions plus à la maison ! Bon, elle en mange quand même à l’école pour le goûter (l’intérêt nutritionnel des goûters proposés n’est vraiment pas top d’ailleurs, mais c’est un autre sujet…). Bref, ma grande miss avait envie de gâteau au chocolat (elle a-do-re le chocolat) ! Ok, je sors donc mon nouveau livre pour apprendre à cuisiner les sucres naturels de Marie Chioca “Mes bons desserts aux sucres naturels”. Encore elle, je sais , mais qu’est-ce que vous voulez, j’aime beaucoup ce qu’elle fait ! Ce livre permet d’appréhender les différents types de sucre naturels. C’est parfait pour apprendre à les utiliser. Cela permettra ensuite de créer de nouvelles recettes ou bien de changer le sucre dans une recette existante. Ma mistinguette feuillette donc l’ouvrage, regarde différentes photos de gâteaux au chocolat … jusqu’à choisir celui-ci, le fondant.

Pourquoi utiliser différents sucres naturels ? Nous consommons beaucoup trop de sucre, raffiné en plus. Hors, une alimentation trop sucrée provoque des problèmes de santé (obésité, diabète, etc) et se ressent aussi sur le comportement, en créant une dépendance. Alors, on ne mange plus de sucre ? Non !!! Je peux vous donner 2 conseils. D’abord, se “désucrer le palais » : c’est comme le sel, une histoire d’habitude : réduisez progressivement la part de sucre dans une recette et vous retrouverez petit à petit davantage de goût et de nuances. Ensuite, préférer l’utilisation de sucres naturels, plus intéressant sur le plan nutritionnel. Il s’agit de varier pour profiter des bienfaits spécifiques à chaque sucre : l’indice glycémique bas du sirop d’agave, les propriétés médicinales du miel, l’effet reminéralisant du sucre complet, etc. Pour le cas du sirop d’agave utilisé dans cette recette, il présente un indice glycémique bas et est riche en minéraux. Par contre, c’est du sucre sous forme de fructose, il ne faut pas en abuser ! Il est très intéressant pour les gâteaux moelleux.

Verser le sirop d'agave sur les carrés de chocolat
Verser le sirop d’agave sur les carrés de chocolat

La temporalité

Initialement, nous avions prévu de cuisiner son gâteau le dimanche matin pour l’avoir pour le dessert du midi, mais entre une séance “traitement anti-poux” (merci l’école !) et le Papa qui était déjà en cuisine pour préparer le repas, c’était pas l’idéal ! Je me suis donc souvenue de ce que je vous avais dit dans cet article, sur la temporalité à observer pour un bon déroulement d’un atelier. Au lieu de se bousculer en cuisine, j’ai donc proposé de faire l’atelier le mercredi d’après. Même si on a prévu la recette, planifié le moment, c’est important de se poser 2 secondes et de se dire : ok, là ce n’est finalement pas le bon timing pour qu’on passe un bon moment ensemble ! C’est un conseil simple et plein de bon sens, que je me donne aussi à moi-même car souvent je ne le respecte pas ! Le mercredi suivant, nous profitons donc d’une sieste (miraculeuse !) de la petite miss pour passer un moment calme et détendu en cuisine à préparer son gâteau. Je ne regrette pas d’avoir attendu, cela a été un vrai moment de complicité entre nous !

Chocolat versus citron

Au moment de faire le gâteau, ma grande miss attrape un petit citron, en train de se morfondre dans la corbeille de fruit et me dit : “et si on mettait du citron dans le gâteau ?”. Je m’apprêtais à lui dire non, quand je me suis souvenue d’un article de LeLoLife, où était expliqué l’imagination des enfants en termes de goût et d’innovation : “Le problème avec nous, les adultes, c’est que l’on associe les saveurs à des patrons. Par exemple la cannelle se marie bien avec les pommes. Les enfants n’ont pas encore forgé ces patrons qui sont à mon sens, très limitatifs dans la créativité. Parfois, leurs suggestions sont complètement farfelues, mais nous les goûtons!” Alors, je me suis dit pourquoi pas ?! Tentons cette expérience !

râper zeste citron
Râper le zeste d’un citron

Papa, Maman, je veux cuisiner !

... mais pas si facile de faire une place à votre enfant dans la cuisine ?

Pour des p’tits cuistots autonomes et heureux en cuisine, accédez à l’espace ressource Cel, à table ! pour télécharger gratuitement mes supports d'apprentissage adaptés aux enfants. 

Votre enfant apprendra :

  • Les bases à mettre en place avant de cuisiner
  • Des gestes techniques de cuisine
  • Des recettes illustrées pour cuisiner en autonomie
  • La cuisine, c'est aussi s'amuser !

Vous recevrez également motivation et inspiration culinaire dans votre boite mail, pour faire de la cuisine un plaisir quotidien avec votre enfant !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour accéder à l'espace ressource. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à cuisiner avec votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales..

Hidden Content

La recette de fondant au chocolat revisitée, façon Félicie au citron 

A noter que l’ensemble de la recette peut être réalisé par l’enfant, sauf mention contraire dans les explications. Ces recommandations sont à ajuster en fonction de l’âge et des compétences des enfants.

Ingrédients : Pour 10 petits gâteaux

  • 200g de chocolat noir (70% de cacao)
  • 12cl de sirop d’agave
  • 100g de purée d’amande blanche
  • 20cl de lait (de vache ou végétal)
  • 90g de farine complète T110
  • le zeste d’un citron bio
casser les carrés de la tablette de chocolat
Le plaisir de casser les carrés de la tablette de chocolat !

Etapes :

→  Casser les carrés de chocolat dans un bol

→  Faire fondre au bain-marie le chocolat et le sirop d’agave (par l’adulte)

→  Hors du feu, ajouter la purée d’amande et mélanger soigneusement

→  Verser dans un saladier

→  Ajouter le lait en mélangeant en même temps (avec l’aide d’un adulte)

mesurer farine en autonomie
Mettre un scotch pour permettre à l’enfant de mesurer seul la quantité de farine à mettre

→  Incorporer la farine et mélanger énergiquement

→  Râper le zeste du citron 

→  Rajouter à la pâte et mélanger

→  Verser la préparation dans un moule à muffin

Verser la bonne quantité de pâte dans le moule
Verser la bonne quantité de pâte dans le moule

→  Mettre à cuire 20min à 150°C (par l’adulte)

→  Vérifier la cuisson en plantant la pointe d’un couteau : elle doit ressortir sèche

→  Attendre un peu avant de démouler et laisser refroidir sur une grille

→  Déguster

goûter gâteaux au chocolat
Les gâteaux au chocolat proposés fièrement aux copines au parc !

Verdict ? 

Ma grande gourmande était extrêmement contente de pouvoir lécher saladier et cuillère en bois (un privilège du cuisinier qu’elle a bien compris), si contente qu’elle avait du chocolat partout ! Dans le cou, les cheveux, le T-shirt … qui a dit gourmande ? Et surtout, elle a été très fière de pouvoir proposer à ses copains et copines au parc le gâteau qu’elle avait fait ! C’est quand même plus original que de sortir un paquet de choco…   Et le citron ? Il amène une petite note acidulée qui se marie très bien avec le chocolat noir, c’était une très bonne idée. Par contre, ce sont des gâteaux assez compacts en bouche, mais ça n’a pas eu l’air de gêner du tout les enfants … parfait, pour accompagner un café ou un thé pour les plus grands. 
Et vous, quelle est votre recette fétiche de gâteau au chocolat ?

Frotter à 5 mains (!) les noisettes pour décoller la peau
10 septembre 2018 by Cel 6 Comments

La pâte à tartiner chocolat-noisette à préparer avec mon enfant

Sensibiliser à la problématique de l’huile de palme … grâce à un zoo !

Pendant les vacances, nous avons visité le zoo de Beauval avec mon neveu et ma nièce. Au-delà de voir une grande variété d’animaux, cela a permis de commencer à sensibiliser les enfants au risque de disparition de nombreux animaux, en grande partie dû à la disparition de leurs habitats. Cela a été l’occasion d’évoquer la déforestation pour la plantation des palmiers à huile …. dont l’huile est très utilisée dans la fameuse pâte à tartiner préférée des enfants. Voir les animaux en face et comprendre que leur “maison” est détruite par l’action de l’Homme a beaucoup touché les enfants, notamment le plus grand de 6 ans. Motivée par nos premières séances cuisine ensemble, je lui ai proposé d’apprendre à fabriquer lui-même sa pâte à tartiner. Il a dit oui !!!

la recette de pâte à tartiner choco-noisette à cuisiner par mon enfant

Trouver une recette simple de pâte à tartiner chocolat-noisette

J’ai donc cherché une recette assez simple, à la fois en termes d’ingrédients et de réalisation. Côté ingrédients, comme je souhaitais que mon neveu puisse facilement la refaire, il fallait des ingrédients trouvables en supermarché (pas de purée de noisette ou d’amande). Côté réalisation, il fallait des étapes simples pour un enfant et avec les ustensiles que nous avions amenés en vacances, c’est-à-dire un mini-mixeur et un petit robot pour la purée des bébés (pour ma plus jeune fille). Résultat ? J’ai choisi la recette de Megalowfood que vous trouverez ici.

Petite dégustation comparée

Nous avons donc lancé un atelier cuisine avec mon neveu (6 ans) et ma nièce (4,5 ans). Cela a été l’occasion de goûter des “sucres” auxquels ils ne sont pas habitués : miel d’acacia, sirop d’agave…

  • Quel sucre utilises-tu d’habitude ? 
  • Le sucre blanc.
  • Goûte le miel, comment trouves-tu le gout comparé au sucre blanc ? 
  • Ah oui, c’est moins sucré. 
  • Et tu as vu, le goût est plus long dans la bouche, on sent aussi un peu la fleur. Goûte le sirop d’agave, comment trouves-tu ? 
  • Mhmm, c’est bon, c’est sucré. 
  • Entre le miel et le sirop d’agave, quelles différences trouves-tu ?”
  • Je préfère le miel (il faut dire que le papa est apiculteur, ça aide !)
dégustation pâte à tartiner
Etape dégustation, miam !

Nous avons goûté aussi le cacao “brut” (sans sucre), qu’ils ont pu comparer avec la poudre de cacao sucrée qu’ils avaient mangé sur une tartine beurrée au goûter : première grimace, “c’est amer!”, après avoir goûté une deuxième fois ” j’aime bien!”. Et nous avons fini la dégustation avec le lait d’amande : reconnaître le fruit sec, goûter. “Mhmm, c’est bon !”. C’était une introduction gustative agréable pour découvrir de nouveaux ingrédients !

Papa, Maman, je veux cuisiner !

... mais pas si facile de faire une place à votre enfant dans la cuisine ?

Pour des p’tits cuistots autonomes et heureux en cuisine, accédez à l’espace ressource Cel, à table ! pour télécharger gratuitement mes supports d'apprentissage adaptés aux enfants. 

Votre enfant apprendra :

  • Les bases à mettre en place avant de cuisiner
  • Des gestes techniques de cuisine
  • Des recettes illustrées pour cuisiner en autonomie
  • La cuisine, c'est aussi s'amuser !

Vous recevrez également motivation et inspiration culinaire dans votre boite mail, pour faire de la cuisine un plaisir quotidien avec votre enfant !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour accéder à l'espace ressource. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à cuisiner avec votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales..

La recette de pâte à tartiner choco-noisette de Gaby et Chacha

Une recette simple, à la fois en termes d'ingrédients et de réalisation, pour que cela soit réalisable par les enfants sans matériel compliqué. Tout ce qui faut pour se faire une petit plaisir gourmand !
Temps de préparation15 min
Temps de cuisson20 min
Type de plat: Tartinade
Portions: 2 pots à confiture

Ingrédients

  • 25 g de noisettes
  • 50 g de miel d’acacia
  • 50 g de sirop d’agave
  • 60 g de cacao non sucré
  • 180 ml de lait d’amande

Instructions

Étape 1 : torréfaction des noisettes (le fait de cuire les noisettes pour leur donner un goût grillé, mhmm 😋)

  • Préchauffer le four à 150°C (par l’adulte).
  • Disposer les noisettes dans un plat allant au four.
  • Mettre au four jusqu’à ce que la peau marron se décolle (par l’adulte). Pour nous, cela a mis 20min, mais c’est à surveiller attentivement car cela peut vite brûler.
  • Mettre dans un torchon, puis replier les pans et frotter pour décoller la peau.
  • Mettre dans un petit mixeur puissant pour réduire en poudre, sans trop insister (pour éviter que la poudre devienne purée en rendant son huile). On peut alors expliquer à l’enfant qu’au lieu de rajouter de l’huile (de palme), on utilise celle naturellement présente dans les noisettes.

Étape 2 : mixage des ingrédients

  • Pendant que les noisettes sont au four, peser directement dans le bol du mixer le cacao, le miel, le sirop d’agave et le lait (avec l’aide de l’adulte).
  • Mixer jusqu’à obtenir une consistance homogène.
  • Y rajouter la poudre de noisette obtenue à l’étape 1.
  • Mixer à nouveau.
  • Repartir dans 2 pots en verre et conserver au frais.
  • Déguster 😋

Notes

A manger dans les 3 mois (mais ça m’étonnerait que ça tienne aussi longtemps !)

Verdict le lendemain matin au petit déjeuner ! Le plus grand a moins aimé, du fait des fins grains de la poudre de noisette que l’on sent légèrement sous la langue (ce n’est pas lisse comme du N…). Par contre, les deux plus petites ont beaucoup aimées et les plus grands aussi : le résultat est bien chocolaté, peu sucré et le goût de noisette léger. A déguster occasionnellement avec gourmandise 😋 !


Et vous, est-ce que vous faites votre pâte à tartiner maison ? Est-elle au goût de vos enfants ?

Enfiler les fruits
1 septembre 2018 by Cel 0 Comments

Faire des brochettes “magiques” aux fruits avec les enfants

Des brochettes “magiques” aux fruits ?

Découper des fruits en cube, en bille ou selon différentes formes avec des emporte-pièces : coeur, feuille, sapin, etc. dont une étoile évidemment pour faire magique ! Les différentes formes sont tout simplement enfilées sur un pic à brochette. Ensuite, la brochette se transforme en “baguette magique”, en faisant appel à l’imagination des enfants …

« J’aime pas les fruits ! »

«  Ce ne sont pas des fruits, c’est une baguette magique ! »

Recette pour enfants des brochettes "magiques" aux fruits

Principe testé !

J’ai pu tester ces brochettes « magiques » trois fois et à chaque fois, grand succès !

Test n°1 : le goûter d’anniversaire

La première fois, nous en avons fait avec ma fille aînée de 4 ans pour son anniversaire avec les copines, elle était donc la seule à avoir participé à la réalisation. C’était vraiment un test, par pure curiosité, car une de ses amies est très difficile, côté nourriture. Quelle surprise ! Les 5 filles ont toutes mangé leurs brochettes, proposée en début de goûter (avant le gâteau et les bonbons !). Ouf, l’équilibre alimentaire est sauf, même pour un anniversaire, hihi !!! Mais elles ont boudé le gâteau magique à la vanille que j’avais fait (mais nous, on s’en est régalé) !

Test n°2 : la séance de cuisine entre cousins

Le deuxième test a été fait avec les cousins, lors d’une activité cuisine pendant les vacances. La cousine Chacha est aussi un peu difficile, à voir le succès que cela aura… Et bien, elle a dévoré des fruits tout le long de la préparation de la recette ! J’ai dû la freiner ! L’utilisation des emporte-pièces (par les deux enfants de 4 et 6 ans) et de la cuillère parisienne (par celui de 6 ans) a eu beaucoup de succès. Le plus difficile n’est pas ce à quoi je m’attendais : cela a été d’enfiler les fruits sur les pics ! Le melon était bien ferme et ils se sont un peu piqués les mains. Il leur a été aussi difficile de piquer bien au centre de chaque morceau, afin que la chair du fruit ne se déchire pas. C’est donc sur cette étape qu’il faut le plus les accompagner.

Un bouquet de baguettes magiques de fruits
Un bouquet de baguettes magiques de fruits

Test n°3 : l’atelier de cuisine organisé

Troisième test lors d’un atelier cuisine avec un groupe d’enfants. J’ai commencé par un petit jeu, pour deviner la saisonnalité des fruits, avec des cartes de nomenclature. Puis, chacun a choisi les fruits de saison qu’il voulait mettre sur sa brochette, avant de les découper. Les enfants ont adoré ! Les emporte-pièces ont eu encore beaucoup de succès. J’ai réalisé pour cet atelier une recette illustrée favorisant la recette en autonomie de l’enfant. Elle est à télécharger sur la page-ressource des enfants qui cuisinent. Vous y accéderez via le formulaire ci-dessous.

Papa, Maman, je veux cuisiner !

... mais pas si facile de faire une place à votre enfant dans la cuisine ?

Pour des p’tits cuistots autonomes et heureux en cuisine, accédez à l’espace ressource Cel, à table ! pour télécharger gratuitement mes supports d'apprentissage adaptés aux enfants. 

Votre enfant apprendra :

  • Les bases à mettre en place avant de cuisiner
  • Des gestes techniques de cuisine
  • Des recettes illustrées pour cuisiner en autonomie
  • La cuisine, c'est aussi s'amuser !

Vous recevrez également motivation et inspiration culinaire dans votre boite mail, pour faire de la cuisine un plaisir quotidien avec votre enfant !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour accéder à l'espace ressource. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à cuisiner avec votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales..

Hidden Content

Des gestes à expliquer à l’enfant pour faire des brochettes aux fruits

Expliquer l’utilisation de la cuillère parisienne à votre enfant : appliquer la cuillère de face sur l’aliment à découper, l’enfoncer sur toute la hauteur de la partie sphérique (à préciser à l’enfant, sinon la forme ne sera pas complète), effectuer un mouvement de rotation du poignet pour creuser la bille, déposer la bille dans un bol en tapotant le manche sur la paroi.

Utilisation de la cuillère parisienne par l'enfant
Utilisation de la cuillère parisienne par l’enfant

Expliquer l’utilisation des emporte-pièces à votre enfant : faire remarquer les bords plus coupants d’un des côtés de l’emporte-pièce (à placer côté fruit), positionner la forme choisie sur le fruit en veillant à être uniquement sur de la chair (ni la peau, trop dure, ni le vide), appuyer avec la paume de la main, enlever l’emporte-pièce puis au-dessus d’un bol, appuyer avec un doigt au milieu de la forme découpée pour la faire tomber dedans. 

Découper des étoiles à l'emporte-pièce dans une tranche de pastèque
Découper des étoiles à l’emporte-pièce dans une tranche de pastèque

Brochettes “magiques” aux fruits

Découper des fruits en cube, en bille ou selon différentes formes avec des emporte-pièces : coeur, feuille, sapin, etc. dont une étoile évidemment pour faire magique ! Les différentes formes sont tout simplement enfilées sur un pic à brochette. Ensuite, faire appel à l’imagination des enfants … A noter que l’ensemble de la recette peut être réalisé par l’enfant, sauf mention contraire dans la recette (pour découper les grosses tranches de fruit par exemple). Ces recommandations sont à ajuster en fonction de l’âge et des compétences des enfants. 
Temps de préparation30 min
Portions: 6 personnes
Auteur: Cel

Ingrédients

  • 1/2 pastèque
  • 1 melon
  • 2 pêches
  • Une dizaine de framboises ou de fraises

Instructions

Étape 1 : préparer les morceaux de fruits

  • Laver l’ensemble des fruits
  • Découper des tranches épaisses de pastèque (par l’adulte)
  • Découper dans les tranches de pastèque des formes avec les emporte-pièces (coeur et étoile pour nous), dont de grosses étoiles qui seront l’extrémité de nos baguettes. Essayer de placer les emporte-pièces au plus prêt des bords, pour gaspiller le moins de fruit.
  • Mettre de côté les formes découpées dans un bol
  • Couper le melon en deux (par l’adultet enlever les pépins avec une grande cuillère
  • Découper des tranches épaisses dans une moitié de melon (par l’adult(par l’adulte)
  • Découper dans les tranches de melon des formes avec les emporte-pièces et les mettre dans un bol
  • Dans la deuxième moitié de melon, extraire des billes en utilisant la cuillère parisienne
  • Mettre les billes de melon obtenues dans un bol
  • Couper les pêches en deux et extraire le noyau (par l’adulte)
  • Découper les demi-pêches en quatre
  • Placer les morceaux de pêche dans un bol
  • Equeuter les fraises et les placer dans un bol

Étape 2 : assembler les baguettes magiques

  • Disposer les bols avec les fruits préparés devant l’enfant
  • Prendre un pic à brochette pointe vers le haut
  • Préciser (par l’adultqu’il faut enfiler des fruits « par le haut » jusqu’à mi-hauteur en terminant par la forme la plus grosse, l’étoile
  • Laisser l’enfant choisir et enfiler les fruits, en lui montrant comment bien piquer au milieu de la forme
  • Placer les baguettes terminées dans un pichet ou un vase pour une jolie présentation

Notes

La pastèque ou le melon sont nécessaires (et le 1er est mieux que le 2e), car il faut des fruits suffisamment gros, pour avoir des tranches larges permettant de découper des formes avec les emporte-pièces. Cette liste est à adapter en fonction de la saison.

NB : j’ai récupéré les « déchets » de fruits (les formes ratées, les bouts excédentaires) pour faire une salade de fruits, qui a complété les brochettes lors du dessert. Rien ne se perd !

La difficulté : piquer les fruits sur la baguette !
La difficulté : piquer les fruits sur la baguette !


Entre les trois tests, je pense que c’est vraiment bien de préparer ces baguettes avec les enfants si l’on peut, c’est très ludique pour eux ! Cela permet d’appréhender les fruits d’une autre manière et ainsi aider à dépasser certains blocages. J’aime aussi utiliser les emporte-pièces d’une manière différente qu’avec des gâteaux. 

Si vous recherchez encore d’autres astuces pour faire manger des fruits au quotidien à vos enfants, je vous invite à lire cet article qui fait le tour du sujet.

Et vous, quelles sont vos astuces « magiques » pour faire manger des fruits à vos enfants ?

Mélanger à la cuillère
18 juillet 2018 by Cel 2 Comments

Une recettes de cookies pour mercredi orageux

Des cookies pour un cadeau fait maison

Il y a toujours mille et une raison de faire un cadeau : la fête des mères ou des pères, un anniversaire ou juste pour le plaisir aussi ! Vous connaissez, la fin d’année à l’école ? C’est le moment de choisir un petit cadeau à faire à la maîtresse et l’ATSEM. C’est “l’excuse” parfaite pour mettre en route une séance cuisine avec ma fille par un mercredi après-midi orageux. C’est aussi l’occasion de montrer la valeur d’un cadeau “fait maison” et le plaisir de le fabriquer de ses mains ! J’avais déjà repéré une recette que je voulais absolument tester : cette recette de cookies de Marie Chioca du blog Saines gourmandises. Son site est ma bible en ce moment !    

Atelier cuisine pour enfants : les cookies chocolat-sarrasin

Une séance de cuisine … gourmande !

Après une sieste réparatrice pour tout le monde, nous commençons à préparer la cuisine : la grande miss s’est lavée les mains d’elle-même et a positionné sa tour d’apprentissage devant le plan de travail (elle est très motivée !). De mon côté, je sors tous les ingrédients nécessaires à la recette, pour tout avoir à portée de main : c’est important avec les enfants en bas âge, il ne faut pas trop de “creux” dans le déroulé de la séance. Cette recette est parfaite avec les enfants, car assez rapide : on met d’abord tous les ingrédients secs, puis on rajoute les ingrédients humides et on mélange avec les doigts (ô joie ;-)) Je dirais que le seul problème est que le mélange est très collant, donc cela devient vite difficile de façonner de petites boules (un conseil pour faciliter cette étape : s’humidifier les mains). Bon, cela a donné une excuse de plus à ma fille pour se lécher les doigts ! Comme d’habitude, elle mange plus de l’appareil avant qu’une fois le gâteau réalisé !!!  

Mélanger à la cuillère
Mélange des ingrédients avec une cuillère en bois “taille enfant”

Verdict : des cookies délicieux au bon goût de sarrasin avec le kasha. Je testerai peut-être une autre fois avec d’autres associations …

Résultat : 2 pots à confiture remplis de cookies pour l’école + une grosse boîte metallique pour la maison + une petite boîte métallique pour les collègues du boulot Miam 😋 tout le monde va se régaler !  

Mélanger avec les mains
Séance “patouille” pour mélanger les ingrédients

Papa, Maman, je veux cuisiner !

... mais pas si facile de faire une place à votre enfant dans la cuisine ?

Pour des p’tits cuistots autonomes et heureux en cuisine, accédez à l’espace ressource Cel, à table ! pour télécharger gratuitement mes supports d'apprentissage adaptés aux enfants. 

Votre enfant apprendra :

  • Les bases à mettre en place avant de cuisiner
  • Des gestes techniques de cuisine
  • Des recettes illustrées pour cuisiner en autonomie
  • La cuisine, c'est aussi s'amuser !

Vous recevrez également motivation et inspiration culinaire dans votre boite mail, pour faire de la cuisine un plaisir quotidien avec votre enfant !

Vous allez recevoir un courriel de confirmation, qu'il faut valider pour accéder à l'espace ressource. Pensez à vérifier votre dossier spam ou courrier indésirable, les filtres sont parfois trop sensibles !

En cliquant ici, vous acceptez de recevoir des informations et offres commerciales personnalisées, pour vous aider à cuisiner avec votre enfant. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.Pour connaître ou exercer vos droits, consultez nos mentions légales..

Hidden Content

La recette

Attention, c’est pour une cinquantaine de cookies !Ingrédients :

  • 415g de son d’avoine
  • 160g de kasha
  • 125g de farine T130 de grand épeautre
  • 180g d’huile de coco
  • 150g de sucre de coco
  • 225g de pépites de chocolat noir
  • 3 oeufs
  • 225g d’amandes
  • 1 sachet de levure

La marche à suivre : à faire par votre enfant*/par vous 

  • Concasser grossièrement les amandes (je l’ai fait rapidement au robot ; si votre enfant a de l’énergie à revendre, vous pouvez lui faire faire en tapant avec le rouleau à pâtisserie 🙂 
  • Faire mélanger à votre enfant dans un saladier tous les ingrédients secs : les éclats d’amande, les pépites de chocolat, la farine, la levure, le kasha, le sucre de coco et une pincée de sel.
  • Rajouter l’huile de coco à température ambiante et les oeufs, mélanger avec les doigts jusqu’à obtention d’un mélange homogène et légèrement collant (là, c’est le bonheur des enfants 🙂 
  • Prélever un peu de pâte à la grande cuillère, modeler en boule avec les mains légèrement humides, disposer (sans trop les serrer) sur une grande plaque recouverte de papier sulfurisé. N’hésiter pas à aider votre enfant à cette étape, car le mélange est collant ! Ecraser chaque boule avec la paume de la main (re-le bonheur des enfants !).
  • Enfourner pour 15min dans un four préchauffé à 180°C et laisser refroidir sur une grille avant de déguster ou mettre en boite. Mettre dans un bocal décoré pour un cadeau gourmand.

*A ajuster en fonction de l’âge de votre enfant et de ses compétences en cuisine

Petit pot de cookies, cadeau "fait maison"
Petit pot de cookies, cadeau “fait maison”

A noter :

J’ai réalisé une petite expérience non volontaire 😉 au parc, où nous sommes allées pour le goûter après l’école. Je sors la boite avec quelques cookies et plusieurs des copains et copines de ma fille viennent m’en demander un. Je leur offre avec plaisir ! Et quelques minutes plus tard, deux sont venus me les rendre … ils n’aimaient pas ! Ce n’est pas grave … c’est vrai qu’on sent bien le goût de sarrasin ! Mais je pense qu’on voit là la différence entre les enfants habitués (ou tout simplement curieux) à manger des choses « étranges » (des graines « bizarres ») et ceux qui ont un goût un peu « formatés”, habitués par l’industrie du gâteau à des goûts très simples et sucrés ! Et oui, l’éducation au goût est une sacré aventure …